LA PRESERVATION DES CULTIVARS DE PALMIERS DATTIERS SOURCE DE DURABILITE DU SYSTEME PHOENICICOLE: CAS DE LA REGION DE OUARGLA

  • Hakima IDDER-IGHILI Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie, Laboratoire de Recherche sur la Phoeniciculteur « Phoenix », Université KASDI Merbah- Ouargla, 30000 Ouargla, Algérie
  • Mohamed Lakhdar DADAMOUSSA Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie, Laboratoire de Recherche sur la Phoeniciculteur « Phoenix », Université KASDI Merbah- Ouargla, 30000 Ouargla, Algérie
  • Mohamed El Hafed ELAROUSSI Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie, Laboratoire de Recherche sur la Phoeniciculteur « Phoenix », Université KASDI Merbah- Ouargla, 30000 Ouargla, Algérie
  • Abdelbasset BOUMADDA Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie, Laboratoire de Recherche sur la Phoeniciculteur « Phoenix », Université KASDI Merbah- Ouargla, 30000 Ouargla, Algérie
  • Mohamed Azzedine IDDER Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie, Laboratoire de Recherche sur la Phoeniciculteur « Phoenix », Université KASDI Merbah- Ouargla, 30000 Ouargla, Algérie
Keywords: diversité variétale, patrimoine phoenicicole, préservation, Ouargla

Abstract

A Ouargla, le potentiel phoenicicole actuel est à la fois riche et diversifié. Il s’étend sur une superficie de plus de 24110 ha et compte plus de 2 399145 pieds dont 1 906892 produisant plus d'un million de quintaux par an. Les palmeraies de cette région conservent encore une diversité variétale non négligeable, les cultivars de dattier font partie de cet héritage. Nous avons recensé 55 cultivars dont 22 rares. Cette diversité variétale, est faible par rapport au nombre important de dattiers. Nous avons aussi constaté qu'environ 70% des palmiers ont un âge supérieur à 50 ans, ce qui soulève des questions en terme de régénération des palmeraies. Un plan de gestion de renouvellement doit être entamé pour anticiper le vieillissement de la palmeraie de Ouargla. La diversité variétale est plus ou moins présente mais de façon disparate entre les palmeraies. Toutefois, les deux principales variétés Ghars et Deglet-Nour sont présentes sur près de 60 % des palmeraies enquêtées. Les principaux cultivars secondaires dans la région sont : Ajina, Ammeria, L'anba, Ouzal, Sbaa-Badra. Le mode de plantation est organisé avec un écartement de 12 x 12 m à Hassi Ben Abdellah. Dans le reste des palmeraies cet écartement n’est pas forcement respecté. Il est nécessaire de penser à la création de collections locales ou régionales, comme un jardin Phoenicicole à l’université KASDI Merbah-Ouargla, qui est en projet, et de mettre à la disposition des agriculteurs un certain nombre de cultivars qui existent actuellement mais en nombre très faible afin d’éviter la disparition de ce patrimoine.

Published
2021-07-14