Les parcours sahariens entre usage et enjeu! Cas de la région de Ghardaïa

  • Abdelhakim SENOUSSI Laboratoire Bioressources Sahariennes; Préservation et Valorisation. Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie et Sciences de la Terre et de l’Univers Université Kasdi Merbah-Ouargla (Algérie)
  • Youcef BENSEMAOUNE Laboratoire Bioressources Sahariennes; Préservation et Valorisation. Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie et Sciences de la Terre et de l’Univers Université Kasdi Merbah-Ouargla (Algérie)
Keywords: Sahara Septentrional, Parcours, Eleveurs, Usage, Contraintes, S.A.G.E

Abstract

La présente étude montre que les espaces pastoraux sahariens, estimés à 28 millions d’hectares sont sous l’emprise de multiples contraintes, notamment d’ordre anthropique où dans la région de Ghardaïa, le système d’élevage extensif a régressé à cause de l’évolution du mode de vie des éleveurs. Les investigations de terrain révèlent que 25% des éleveurs sont de véritables nomades, 15% seulement sont des sédentaires et majoritairement (60%) sont des semi-nomades. Par ailleurs, le mode d’exploitation des espaces de parcours montre que 60% des éleveurs les surexploitent, corollaire d’un surpâturage causé par une surcharge et de là, leur dégradation. Alors que l’extension des superficies agricoles a engendré une soustraction des espaces de parcours. Autrement dit, un système de culture vient se plaquer sur l’espace pastoral. Ce dernier est passé de 21742 ha en 2006 à 26436 ha en 2007, soit une diminution de l’ordre de 4694 ha. Devant cette situation alarmante et devant la fragilité du milieu saharien, nous admettons que l’espace pastoral saharien nous interpelle à travers un aménagement adéquat et une gestion rationnelle dans une perspective de durabilité. Pour se faire, un Schéma d’Aménagement et de Gestion de l’Espace (S.A.G.E.) pratique et faisable serait fortement recommandé.

Published
2018-09-19